• les erreurs de validation par rapport aux standards W3C (leur maîtrise est bien le minimum de la qualité web)
  • la liste des liens en erreur (pages non trouvées 404, erreurs d'accès 403 ou encore erreurs de scripts 500)
  • la liste des pages qui pointent vers une page en particulier (nécessaire pour nettoyer avant de supprimer une page)
  • la liste des images, avec poids et format et les pages sur lesquelles elles s'affichent (impeccable pour inventorier les ressources utilisées ou découvrir quelle page utilise une vieille version de logo)
  • le contenu de l'attribut ALT pour chaque page appelant la même image (plus de problème pour vérifier qu'un logo est toujours décrit de la même façon)
  • la liste des feuilles de style
  • et bien d'autres choses encore que je vous laisse découvrir (nous sommes bien sûr ouverts à suggestion si vous avez découvert des informations qui font défaut).

Quel est le but de l'inspecteur ?

L'inspecteur n'a pas pour vocation de faire un audit d'accessibilité ou de qualité web. Une telle action n'est pas automatisable (comment détecter la pertinence d'un attribut ALT ou d'un sous-titrage ?). Cependant, l'inspecteur peut vous faire gagner un temps précieux sur l'analyse des points de base en vous apportant des informations concises, facilement compréhensibles et exploitables immédiatement.

Comment l'inspecteur travaille-t-il ?

La particularité de cet outil est qu'il analyse le site tel qu'il est vu par les internautes et non tel qu'il est envoyé par le serveur, aussi sauf bug spécifique (et nous attendons votre email si c'est le cas), la vitesse de fonctionnement de l'outil est fortement liée à la vitesse de fonctionnement de votre site.

Pour les techniciens : nous travaillons sur le DOM (Document Object Model) et non sur les pages HTML envoyées par le serveur, ce qui veut dire que l'analyse se fait sur la page affichée dans le navigateur, y compris les éléments générés au vol par Javascript ou autre, et non pas uniquement sur le code HTML statique.

Où puis-je le trouver ?

Pour l'utiliser, rendez-vous dans Opquast reporting, choisissez l'option nouveau projet, saisissez le nom et l'url du projet que vous voulez analyser, rendez-vous ensuite dans la section inspecteur du projet et lancez l'outil.

Si tout se passe correctement (et généralement c'est le cas !), l'outil va aller explorer vos pages, récupérer les liens, les images, les feuilles de style et vous permettre d'extraire les pages contenant des tableaux, des formulaires ou des listes. L'inspecteur va également analyser vos pages et vous renvoyer le nombre d'erreurs selon le validateur du W3C.

Y-a-t-il des limites ?

Le nombre de pages testées est actuellement limité à 10 pages pour les comptes gratuits avec une augmentation par tranche de 10 pour les différents abonnements professionnels. L'outil est prévu pour pouvoir traiter plusieurs centaines de pages.

Quand puis-je l'utiliser ?

L'inspecteur est déjà accessible si vous avez un compte Opquast Reporting. Si vous n'en avez pas, il vous suffit d'en créer un.

Il ne nous reste plus qu'à vous laisser faire quelques tests. De notre côté, nous allons surveiller de très près l'activité du serveur, histoire de pouvoir réagir si l'inspection de certains sites échoue ou si l'ami Mephisto qui se cache derrière tout ça peine à encaisser vos demandes.

C'est un outil en version bêta, nous n'en sommes qu'au tout début des développements, mais il y a déjà de quoi s'amuser. Un formulaire vous permettant de nous remonter les problèmes est mis à votre disposition.