Qualité web, livre et mémento

Comme le matin, nous avons démarré par un rapide tour de salle et bien nous en a pris, car les agences et écoles partenaires avaient invité beaucoup de leurs clients : ceux-ci ont eu l'occasion de se présenter, ce qui était important.

Ensuite, traditionnellement, je présente rapidement ce qu'est la qualité Web. Si vous voulez voir ce que ça a donné l'année précédente, la vidéo est en ligne (elle dure à peine 5 minutes).

Nous avons eu la chance de recevoir Alexandre Habian, des éditions Eyrolles, qui est venu nous parler du livre qualité Web (presque 1000 exemplaires vendus en deux mois), qui nous a apporté le seul et unique exemplaire en sa possession de la toute nouvelle édition du Mémento Sites Web : les bonnes pratiques. Celui-ci sort en effet ces jours-ci en librairie. Nous allons vous en reparler très bientôt.

Capture_d_e_cran_2016-11-17_a__15.38.59.png

Labellisation ARSLA

Nous avons demandé à Audrey Vittecoq Laporte, de la société Ecedi, de nous présenter la démarche de labellisation Opquast menée sur le site de l'Arsla. Audrey et Viviane Montagne, responsable du site ARSLA, nous ont expliqué comment s'était déroulée la labellisation Opquast de ce site, ce que le travail avait permis comme progrès en termes de compétences ainsi que sur le site lui-même. Je vous conseille de découvrir le site de l'ARSLA.

Les chiffres de la certification

Nous avons ensuite démarré une séquence fort attendue : la présentation et les statistiques annuelles de la certification Opquast. Voici quelques chiffres :

  • 1035 passages dont 233 professionnels
  • Moyenne globale : 622
  • Moyenne des professionnels : 782
  • Moyenne des étudiants : 564

Ecoles en volume :

  1. Webforce3
  2. ESCEN
  3. Web School Factory

Et également SupdeWeb, coding School, Hetic…

Partenaires Opquast en volume :

  1. Emakina
  2. Clever-age
  3. V-Technologies

Et également ekino, Wonderful…

Annonceurs en volume :

  1. Leroy-Merlin - Atecna
  2. JeChange.fr
  3. CIC

Et également Happy-Technologies, Région Île-de-France, SQLI.

Le nombre de certifiés double à peu près chaque année depuis fin 2014. Nous en sommes à 634 certifiés en 2016, contre 332 en 2015. Le nombre de personnes qui s'entraînent augmente également très régulièrement.

Le top des pros :

  • Bertrand Binois (Pas de Calais) - 975
  • Nicolas Hoffmann (Agence - Suisse) - 950
  • Vincent Valentin (Clever Age) - 950
  • Emmanuel Pelletier (V-technologies) - 945
  • Marie Hanotte (Acti) - 945
  • Alexandre Jardin (Emakina) - 940
  • Armand Renaudet (Ekino) - 940
  • Julien Breton (V-technologies) - 940
  • Chloé Sarda (Kaliop) - 940

Le top des étudiants :

  • Najib Tsouria-Belaïd (Webforce3) 910
  • Marianne Laurent (L’école Multimédia) 905
  • Adrien Rousselet (Webforce3) 900
  • Guylaine Michelet (ESCEN) 895
  • David Courtaigne (Webforce3 880
  • Charlee Da Tos (ESCEN) 875
  • Sebastien Blet (Webforce3) 875
  • Luke Martin (Coding school) 870
  • Sophie La (Web School factory) 870
  • Camille Vuaille (Hetic) 865

Bravo et merci à tous !

Certification chez l'annonceur

Après une pause dédiée aux échanges informels, nous avons repris avec un débat collectif sur l'intérêt de la certification à la fois chez les prestataires et les annonceurs. De mon point de vue, les annonceurs doivent passer la certification Opquast pour maîtriser la culture nécessaire aux échanges avec les prestataires. J'aurais volontiers aiguillé le débat en vue de la confirmation de cette hypothèse, et pourtant, ce n'est pas tout à fait ce qui s'est passé.

Tout d'abord, plusieurs des annonceurs présents, souvent déjà très impliqués dans la démarche, ont souligné le manque de culture Web des prestataires qu'ils fréquentaient. Certains des prestataires nous ont confirmé que leur approche était plutôt orientée sur la qualité des sites produits plutôt que sur les compétences des personnels impliqués dans la conception et la production.

Alain Borri, co-fondateur de la société Temesis qui assistait pour la première fois à l'Opquast day, a remis en contexte ce qui se passait sur le marché du Web au regard des enjeux business. Il a rappelé que la qualité Web n'était pas encore un enjeu business fort et qu'il fallait que cela le devienne. J'en profite pour vous préciser que nous travaillons en ce moment même sur ce sujet, et que nous aurons bientôt du nouveau.

Ce débat n'a pas permis de conclure formellement que la certification était nécessaire et utile chez l'annonceur - même si je continue à l'affirmer ;) - mais qu'il était utile d'avoir des référents chez les annonceurs, qui portent la démarche qualité et font en sorte que les personnels se forment.

En ce sens, le fait que la prochaine formation Devenir Responsable Qualité Web soit complète est peut-être le signe que ces futurs référents qualité sont en train de se former dans les organisations.

Nous avons terminé la journée avec le programme 2017, avec notamment la montée en puissance de la certification, la création d'un réseau de formateurs et l'internationalisation du projet. Pour la suite, il faudra que vous veniez voir ce qui se passe sur Opquast en 2017, nous sommes motivés comme jamais.