Certes, la France peut toujours se targuer d'être le pays de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Certes, nous pouvons toujours communiquer, communiquer et encore communiquer sur nos réformes de "civilisation". Mais tout ceci n'est plus qu'un vernis qui finira forcément se craqueler.

Ici même, en Espagne, dans une société infiniment moins individualiste que la société française et également infiniment plus solidaire, des réformes fondamentales ont été menées pour l'égalité, la vraie, pas celle qui consiste à annoncer des lois successives sans les mettre en application. Pas celle non plus qui consiste à attendre que l'Etat soit solidaire à la place des citoyens. Non, en Espagne, et sans doute dans une multitude d'autres pays, notamment européens, le civisme se fait au jour le jour, par et pour chacun. Les automobilistes s'arrêtent pour laisser passer les piétons, les immeubles comportent des rampes d'accès, les nouveaux édifices publics répondent à des normes de haute qualité environnementale, les plans de métro mentionnent les stations accessibles, les boutons d'ascenseur sont doublés en braille, les personnes agées et les personnes handicapées sont partie intégrante de la société, les générations vivent ensemble, les lieux sociaux sont nombreux, variés et fréquentés. Oh certes, tout n'est pas rose, tout ceci est sans doute fragile, et chaque médaille a son revers, mais à choisir entre nos villages morts à l'heure de PPDA et l'Art de vivre ensemble qui se pratique ici, je crois que la bonne direction ne se trouve pas dans l'individualisme forcené qui a gagné la France.

Pendant ce temps là, du haut de notre devise nationale, et via notre presse contrôlée presque intégralement par l'industrie, nous nous gargarisons de notre rang de puissance mondiale et de phare de l'intelligence et des droits de l'homme. Il est temps de revenir sur terre et de nous voir non pas tel que nous avons été, mais tels que nous sommes. Peut-être qu'à force de pédaler dans le vide, nous finirons par nous rendre compte que nous n'avançons pas.

Si je devais me reposer sur la politique et la presse française pour faire avancer une certaine idée du civisme, je serais certainement pessimiste pour 2008. Heureusement, les politiques menées dans certains pays du nord et du sud de l'Europe, l'avènement d'Internet et l'agonie à mon humble avis inéluctable de la télévision me font espérer le meilleur pour 2008 et les années suivantes.

Pour 2008, je vous souhaite donc moins de communication et plus d'actions, moins d'individualisme et plus de civisme, moins de France et plus d'Europe, moins de télévision et plus d'Internet, moins de "Grenelles" et plus de décisions politiques, moins de people et plus d'investigation, et bien sûr moins de lois et plus de décrets d'application ;-)

Bien entendu, ces quelques réflexions n'engagent que moi et nullement la société Temesis (1). Quoi qu'il en soit, j'en suis sûr, toute l'équipe se joint à moi pour vous souhaiter une excellente année 2008.

(1) Temesis ne met pas tous ses voeux dans le même panier. J'en profite donc également pour vous souhaiter une année pleine de calembours à deux balles ;-)